Test – Attention : Monstres gloutons !

Attention : Monstres gloutons est un jeu signé Heinz Meister (Plouf Party, Château Bel Endormi…) et édité par Haba. C’est un jeu de mémoire qui peut réunir de 2 à 4 aventuriers… s’ils aiment nourrir les monstres, évidemment.

Vous savez, des fois, j’ai vraiment du mal à comprendre ce qu’ils prennent, chez Haba, pour sortir des pitchs pareils. À croire que les pommes de leur Verger devraient être inspectées par les stups, parce que dans le cas d’Attention : Monstres gloutons, ils sont quand même allés chercher loin…

Quoi ? Vous trouvez que j’exagère ?  Bah jugez plutôt !

Des bruits mystérieux nous proviennent du grenier, comme si une créature s’y cachait. Vous décidez courageusement d’aller inspecter le grenier pour voir ce qui fait ce raffut.

Jusque-là, ça me va. J’ai Spielberg sur la 2, il est intéressé.

Avec assurance, vous déplacez tout le vieux bric-à-brac… Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Soudain, des yeux écarquillés se braquent sur vous. Sous tous ces vieux objets sont cachés des monstres un peu fous qui sont toujours affamés !

Oui, alors on me glisse dans l’oreillette que Stephen King et John Carpenter ont pris une option et qu’ils klaxonnent en bas de l’immeuble.

Oserez-vous leur donner à manger ?

Hein ? Euh… Non, j’avoue. Moi je fuis en hurlant, mais chacun fait ce qu’il veut, hein… Moi, des yeux qui apparaissent dans un grenier obscur sous mon transistor Radiola, je prends la poudre d’escampette direct, promis.

Mieux vaut nourrir les plus affamés en premier, car une fois repus, les monstres rotent si fort qu’ils vous font fuir vers la sortie tellement vous avez peur.

Pardon !? Des MONSTRES vivent dans les restes de ma Dictée magique, et je dois avoir peur parce qu’ils… rotent ? Sérieux ? Bon les amis, autant vous dire que Carpenter et Spielberg ont pris la fuite. Ah, attendez… J’ai un appel de Jean-Marie Bigard, très intéressé, qui me demande si les monstres pètent, aussi. 

C’est là que Pit, le chien de mamie, monte la garde.

Ah parce qu’il y a un CHIEN, en plus ? Mais il fait quoi ? Il vous empêche de sortir ? Il vous attaque ? Il vous immobilise en grognant et en bavant pendant que les monstres invoquent Cthulhu en vous rotant dessus ? Et il n’est pas capable de chasser les monstres, lui ?

Celui qui garde une vue d’ensemble, mémorise bien l’emplacement des monstres affamés et détourne l’attention du chien de garde avec un os peut continuer à nourrir les monstres en toute tranquillité ! Qui est le plus courageux d’entre vous ? »

Je ne sais pas qui sera le plus courageux d’entre nous, mais je sais que je veux bien traîner un peu avec Heinz Meister, parce que ça a l’air d’être un joyeux luron. Bref. On enchaîne !

Un petit tour dans le grenier

La boîte d’Attention Monstres Gloutons est plutôt bien fournie et propose des illustrations très réussies. Un truc à signaler immédiatement : on joue directement dans la boîte, ce qui a toujours tendance à me ravir.

De fait, la boîte contient un fond qui servira pour le rangement, sur lequel on superpose :

  • un fond cartonné qui fait office de plancher
  • une feuille de papier blanc (Haba en fournit une dizaine, à vous de le remplacer après)
  • un autre fond cartonné qui représente des montres, avec des ouvertures pour leurs bouches
  • 24 tuiles qui représentent le bric-à-brac du grenier (vieille lampe, télé, jouets…)
  • 4 crayons de couleur
  • 4 pions personnages
  • 4 nonosses en carton

Honnêtement, l’ensemble est très joli et donne envie de jouer autant qu’il intrigue. On comprend tout de suite que les objets en vrac recouvrent tous les monstres (sauf un) et qu’il va falloir aller farfouiller là dedans. Les plus attentifs remarqueront que les contours de la boîte sont eux aussi décorés et servent de support aux pions des personnages. 

Ces derniers suivront donc le bord de la boîte pour avancer. Une « case » sur le côté sert de point de départ, et on repère bien vite que celle qui la précède représente un chien au museau plutôt placide. Voilà que petit à petit les éléments se mettent en place…

Les joueurs du grenier

Le but de la partie consiste à être le dernier joueur encore dans le grenier, alors que tous les autres auront été sauvagement dévorés mis en fuite par le chien.

Pour jouer, le premier joueur déplace une ou plusieurs tuiles en les faisant coulisser vers l’emplacement vide du début de partie. Se faisant, le joueur dévoile alors un monstre, affamé. Pour le nourrir, il doit vite dessiner avec le crayon de sa couleur quelque chose dans la bouche du monstre. En pratique, on conseillera vivement de limiter vos dessins à des croix, des ronds ou des petits points si vous ne voulez pas que la partie dure 6 heures.

Le monstre est alors considéré comme nourri. Et on passe donc au joueur suivant, qui va à son tour déplacer les tuiles et nourrir le monstre nouvellement révélé.

Jusque-là, tout va bien, aucun personnage ne se déplace. Les héros s’amusent follement dans le grenier à nourrir des bestioles inconnues.

Oui mas voilà, ça ne va pas durer… 

Gâtô Gâââtôôô Gââââatôôôôôôôôô

Immanquablement, l’un des joueurs va finir par tomber sur un monstre qui a déjà été nourri. Dans ce cas il s’éloigne précipitamment, car… il a peur de son rot. (pffff) Le pion du joueur se déplace donc d’autant de cases qu’il n’y a de dessins dans la bouche du monstre. S’il a déjà été nourri 3 fois, bim, votre personnage avance de 3 cases le long du parcours.

Après avoir bougé, évidemment, le joueur doit ajouter un dessin supplémentaire dans la bouche du monstre, qui propulsera un joueur d’une case de plus s’il est à nouveau révélé.

Au début, évidemment, on rigole, car on ne progresse que d’une ou deux cases à chaque erreur… Chacun étant concentré et attentif, les parties démarrent très lentement et il faudra souvent attendre une dizaine de tours au minimum pour que les premières erreurs soient commises. Mais plus la partie s’installe, et plus le rythme devient intense et stressant. À chaque case dévoilée, en effet, vous prenez le risque de tomber sur un monstre qui a été nourri 5, 7, 10 fois.  Et le plus souvent, par vos soins !

La piste fait 25 cases (le tour complet de la boîte), donc si vous commencez à avancer de 10 cases en 10 cases, autant dire que vous serez proche de l’élimination…

Le toutou des Baskerville

Heureusement, ce bon vieux Heinz Meister,vous offre un tour de manège gratuit, pour faire durer la partie quelques minutes de plus. Lorsque vous bouclerez le tour du plateau pour la première fois et que vous vous retrouverez devant le chien, vous pourrez alors négocier un tour de grenier supplémentaire en échange du nonosse qui vous a été fourni en début de partie.

Cela vous offrira donc une nouvelle fournée de tours de jeux, dans lesquels tout va s’accélérer très rapidement. Seul le joueur avec la meilleure mémoire saura retrouver les monstres qui auront été les moins nourris, et donc les moins enclins à produire un rot qui vous propulse à 10 cases de là.

Lors de votre second passage devant le cerbère, il n’y aura cette fois-ci aucune échappatoire. Le premier joueur à passer devant le chien pour la seconde fois sera impitoyablement éliminé. On poursuivra alors la partie jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul et unique joueur du grenier.

C’est tranquille, trop tranquille

On l’aura compris, Attention : Monstres gloutons est un jeu de mémoire à la mécanique alambiquée, mais originale.

Toute la difficulté du jeu consiste en effet à mémoriser un emplacement qui se trouve sous une image en mouvement. Inutile, donc,  de vous souvenir que vous avez déjà nourri le monstre sous tel ou tel objet, car l’objet va très prochainement se déplacer… ce qui n’est pas le cas du monstre en dessous.

Il faut donc se souvenir des emplacements de cases (genre B – 4 ou D – 3), sans se laisser perturber par les objets colorés qui vont passer sur les cases. Pas facile, croyez-moi !

On pourrait alors vouloir mettre en place un système logique de choix de case (rangée par rangée, par exemple), mais c’est heureusement impossible. À chaque tour, vous ne pourrez en effet dévoiler un monstre qu’à l’intérieur de la ligne ou la colonne qui contient un emplacement vide. Votre choix sera donc déterminé par le mouvement du joueur précédent, ce qui vous empêche de choisir librement la case à dévoiler. Seule votre mémoire pourra vous aider.

Alors oui, on rigole bien avec Attention Monstres Gloutons ! On essaie de se souvenir d’un emplacement « sûr », et on dévoile avec effroi un monstre qui a déjà été nourri 4 ou 5 fois, ce qui nous propulse d’emblée en tête du peloton des victimes du chien fou.

A contrario, en tombera presque de sa chaise en découvrant, dans les derniers tours de jeu, qu’une case choisie au pur hasard était restée miraculeusement vierge, ce qui devrait permettre à tous vos adversaires de vous dépasser (puisqu’ils ne pourront pas la jouer dans la foulée, évidemment).

L’avis de Plateau marmots

En dépit de l’un des pitchs les plus abracadabrantesques qu’il m’ait été donné de lire chez Haba, Attention : Monstres gloutons séduit par sa mécanique bien huilée et son design très réussi. Beau, malin et original, il a toute sa place dans votre ludothèque.

Certains joueurs auront parfois un peu de mal avec son rythme particulier, car il ne se passe quasiment rien pendant les 5 premières minutes du jeu, avant que la machine ne devienne ensuite frénétique une fois les cases de plus en plus saturées. Les adeptes du fun immédiat en seront pour leurs frais.

À ce titre, Attention : Monstres gloutons fera sans doute moins l’unanimité que d’autres jeux de mémoire. C’est pourtant un titre que l’on se plaît à ressortir régulièrement, pour une partie ou deux, à l’heure du goûter. Sa mécanique est en effet si bien huilée que l’on s’amuse volontiers à se perdre quelques minutes de plus dans ce grenier bien mal fréquenté.

Chez les adultes évidemment, le jeu fera des dégâts, comme tout jeu de mémoire. Mais le système de déplacement des objets et le fait que les marmots ne puissent se raccrocher à une image pour se repérer sont un excellent moyen d’équilibrer le score.

Bref, il change volontiers d’autres jeux de mémoire, plus conventionnels sans doute, mais aussi au fun plus immédiat. Il mérite donc que l’on s’y attarde et qu’on fasse l’effort d’une ou deux parties, le temps d’assimiler les règles et les contraintes de déplacement. Après ces quelques premières minutes un peu laborieuses, Attention : Monstres gloutons dévoile son potentiel et devient rapidement très apprécié.

On aime

  • Design très réussi
  • Mécanique originale et intéressante
  • Équilibre adultes/enfants assez bien dosé
  • Le gros stress de fin de partie

On aime moins

  • On s’ennuie un peu en début de partie
  • Les monstres qui rotent et le chien que l’on soudoie avec un os…

Fiche technique

 
Un jeu signé Heinz Meister
Illustratré par Maximilian Meinzold
Edité par Haba
Pour 2 à 4 joueurs
A partir de 5 ans
Année de sortie : 2018

Dispo chez Philibert

Pour aller plus loin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.