Test – Kids Chronicles – La Quête des Pierres de Lune

Le Royaume d’été, l’Empire d’Hiver. Deux contrées voisines, mais bien différentes. Toutes les deux, toutefois, sont riches en lieux étonnants, en personnages hauts en couleur et en intrigues qui fleurent bon l’aventure. C’est au cœur de ces deux territoires que se cachent quatre pierres de lune, des artefacts légendaires qui permettent de lancer de fantastiques sortilèges ! Pour les obtenir, il faudra mener à bien plusieurs quêtes, proposées par le grand sorcier Merlin. Mais pour découvrir où a disparu le prince ou comment réveiller un géant endormi, pas besoin de dés ni de figurines, non. En revanche il vous faudra dégainer un smartphone ou une tablette, afin d’accompagner toute la mécanique narrative du jeu. Comment ??! Un jeu de plateau avec application obligatoire alors même que nous sommes les premiers à nous méfier de ces engins maudits qui devraient être à tout prix éloignés des enfants ?! Qu’est-ce que c’est que cette histoire !! Eh bien c’est précisément celle que nous allons, sans plus attendre, vous narrer.

Kids Chronicles – La Quête des Pierres de Lune est un jeu coopératif de David Cicurel, illustré par Chanon Torncharoensri, Wihoon Lee et Maryna Nesterova. Jouable de un à plein de joueurs à partir de six ou sept ans, c’est édité par Lucky Duck Kids, émanation « enfants » de Lucky Duck.

[Lucky Duck a eu la gentillesse de nous faire parvenir un exemplaire de ce jeu afin que nous puissions produire ce test : qu’ils en soient remerciés. En revanche l’éditeur a oublié d’alimenter notre compte secret aux Îles Cayman, donc on va faire comme d’hab’ et dire vraiment ce qu’on en pense. La boulette.]

Lucky Duck online

Il est finalement arrivé, ce jeu événement qui a tant fait parler de lui ! Pensez donc : un jeu d’aventure pour enfants qui se joue avec tablette ou smartphone, voilà qui n’est pas courant dans l’univers du jeu de plateau. Même Unlock avait pris le parti de proposer une version loin de tout écran pour sa version « Kids ». Le parti pris de Lucky Duck Kids est donc très fort, puisque leurs deux sorties « enfants » (le test de Gloutons Mignons arrivera très vite) sont deux jeux hybrides, déclinaisons de titres adultes qui fonctionnent avec des applications. On pourra néanmoins immédiatement préciser que les applications fonctionnent très bien avec Internet désactivé : vous pourrez donc confier vos tablettes aux enfants dans une relative sérénité si vous ne jouez pas avec eux (ce qui serait une bien étrange idée).

Dans Kids Chronicles – La Quête des Pierres de Lune, la tablette assure la partie narrative au moyen de QR Codes disséminés sur le plateau de jeu et sur chaque carte. Pour savoir ce qu’il se passe dans un endroit, vous devez donc scanner le QR Code correspondant, ce qui fonctionne plus ou moins bien en fonction de l’âge de votre matériel. À titre d’exemple, le jeu réagissait au doigt et à l’œil avec un Smartphone récent, là où ma bonne vieille Galaxy Tab 4 de 2014 avait beaucoup plus de mal. Si vous pensiez pouvoir refiler votre matériel hors d’âge pour éviter que vos gamins ne vous fracassent votre iPhone 13 flambant neuf, vous en serez peut-être pour vos frais. Mais objectivement il faut reconnaître que la partie technique fonctionne bien, surtout si vous évitez de sleever vos cartes pour éviter les reflets. Et heureusement, d’ailleurs, car vous allez passer pas mal de temps à scanner des cartes, justement.

Et dans la boîte, alors ?

Mais sans aller plus loin pour le moment dans son aspect démat’, regardons déjà ce que contient la boîte. Le matériel se compose d’un plateau de jeu recto verso, et de deux séries de cartes, d’excellente qualité soit dit en passant. Les premières cartes représentent les personnages que nous allons rencontrer, les secondes les objets qui seront collectés en cours de partie.

L’ensemble est coloré et les illustrations sont réussies. Les règles sont un modèle du genre, très colorées, simples et illustrées. Mais le plus fort c’est que vous n’en aurez pas besoin. En effet, toutes les instructions de jeu seront couvertes par le premier scénario « tutoriel » et l’application vous guidera volontiers en cours de partie. L’ensemble est donc particulièrement intuitif. On vous conseillera néanmoins de prendre une figurine ou un pion issu d’un autre jeu pour la glisser dans la boîte : au cours des tests, beaucoup de marmots en ont eu besoin en cours de jeu. On y reviendra un peu plus loin.

À l’aventure !

Pour jouer, les aventuriers doivent décider quel scénario ils souhaitent accomplir. Une fois le tutoriel passé, les 4 scénarios peuvent être accomplis dans n’importe quel ordre, à l’exception du 5e et dernier, qui ne sera débloqué qu’une fois les autres franchis, en feu d’artifice final.

Les aventures commencent bien souvent dans la Tour de Merlin, et c’est le premier endroit que vous devrez scanner pour lancer la quête. La première fois que vous scannez un lieu sur le plateau de jeu, l’application vous plonge dans une illustration à 360° que vous pourrez explorer sous toutes les coutures, soit en faisant scroller l’écran de votre appareil, soit en utilisant les effets gyroscopiques. Cette partie du jeu est très réussie et permet aux petits aventuriers de visualiser immédiatement les lieux visités. Les illustrations, de ce point de vue, sont tout simplement parfaites : lisibles et claires, elles permettent une immersion réussie. Il sera même possible, si vous loupez un détail, de revisionner la scène autant de fois qu’il vous plaira.

La plupart du temps, les lieux seront occupés par des personnages et/ou des objets. Une fois que le temps d’observation est écoulé, les joueurs doivent alors se saisir des paquets de cartes et en extraire les personnages et objets qu’ils auront vus sur les lieux. Les cartes sont placées à des endroits précis du plateau, afin de les rendre accessibles en cours de partie. Ainsi, les objets sont disposés dans votre besace, les personnages rejoignent les lieux où vous les avez aperçus, et les personnages recherchés ont même leur zone dédiée en haut du plateau. Cette disposition est importante, car pour progresser dans l’aventure il va être rapidement nécessaire de faire interagir les cartes entre elles. C’est à dire que, pour débloquer une situation, il vous faudra bien souvent parler à de nouveaux personnages, comprendre leurs demandes, et essayer de trouver les objets dont ils ont besoin, qui seront assurément cachés dans un tout autre endroit du royaume. Et c’est là tout le sel du jeu !

« Bien sûr que je peux vous parler du prince ! »

Le jeu commence donc de manière simple, avec Merlin qui vous expose un problème et qui vous dirige alors vers un premier lieu. Et là où le jeu devient rapidement très plaisant, c’est qu’il laisse une totale liberté aux joueurs pour mener leur quête. En effet, ils peuvent se rendre où bon leur semble dans l’un des 6 lieux de chaque royaume, et interroger les personnages qui s’y trouvent. Mais il ne s’agira pas d’un simple monologue basique et redondant : car en scannant la carte d’un autre personnage ou d’un objet, le personnage auquel vous parlez réagira en conséquence. Si pour nous autres adultes, élevés à l’ancienne avec les vieux jeux vidéos point’n click, cela semblera anodin, l’effet sera en revanche très nouveau pour des enfants de 7 ans, encore peu habitués à voir une phase de dialogue qui prend en compte l’objet que vous leur mettez sous les yeux. Concrètement, l’application vous indique en permanence où vous êtes, et à qui vous êtes en train de parler. Et il faudra y être attentif pour obtenir un maximum d’informations.

Prenons un exemple : si vous êtes à la tour de Merlin et que vous scannez un personnage qui n’y est pas, l’application vous dira que le personnage ne se trouve pas au bon endroit. Mais si vous scannez au préalable Merlin, et que vous scannez ensuite un personnage situé dans une autre localisation, Merlin vous dira alors ce qu’il sait de ce personnage, vous permettant de faire progresser l’intrigue. Il en va également de même pour les objets, qui pourront ainsi être présentés pendant les conversations pour voir ce que les personnages ont à en dire, ce qui sera souvent riche en effets. Scannez un personnage qui a faim puis scannez ensuite de la nourriture et vous le verrez soudain changer d’attitude à votre égard.

L’ensemble de ces actions est parfaitement logique et très bien implémenté, ce qui rend Kids Chronicles fluide en toute circonstance, et jouable dès 5 ou 6 ans pour peu qu’un adulte s’occupe de la narration comme le ferait un maître de jeu. La liberté de déplacement, de gestion des objets et la narration non linéaire génèrent un énorme plaisir de jeu, surtout pour les premières parties…

« On s’est pas déjà vus quelque part ? »

Ce plaisir de jeu, toutefois, a tendance à décroître au fil des aventures. Tout simplement parce que les marmots réalisent assez vite que la mécanique est en fait la même de scénario en scénario et que seule une redistribution des personnages et des objets dans d’autres lieux justifie une nouvelle quête. On recroise les mêmes personnages, on retrouve parfois les mêmes objets, et la manipulation de scan et de la recherche des cartes devient alors un peu lourdingue. Comprenez par là que demander à des enfants de 7 ans de farfouiller inlassablement dans deux decks de cartes pour en extraire les personnages et objets aperçus devient rapidement fastidieux. L’effet est certes amoindri par la qualité d’écriture et l’aspect recto-verso du plateau qui propose d’autres lieux à visiter (6 de chaque côté), mais il n’en demeure pas moins que la séquence scan + cartes + lieu + scan + cartes + lieu + scan… devient assez vite redondante, à fortiori quand le scénario vous fait visiter plusieurs fois les mêmes lieux. Cela n’a rien de rédhibitoire, je vous rassure, mais la magie de la première aventure s’estompe peu à peu devant une mécanique qui ne cherche pas à cacher ses ficelles. Des petites fulgurances scénaristiques viennent ici ou là casser le rythme, mais elles sont hélas trop rares pour chasser l’impression de monotonie qui s’installe peu à peu. Il conviendra alors d’espacer les aventures (pas plus d’une par semaine) afin de recréer de l’envie et de laisser le charme de la quête fonctionner de bout en bout. Adeptes des aventures alambiquées, passez votre chemin : la simplicité des quêtes (aux résolutions très logiques) vous donnera l’impression de traverser le jeu sans jamais en percevoir toute la saveur, ce qui serait fort dommage. 

Une durée de vie satisfaisante ?

Cette répétitivité pose logiquement la question de la durée de vie du jeu. Dans les faits, elle est tout à fait satisfaisante si l’on joue le jeu tranquillement, avec une lecture complète des textes. Chaque scénario vous demandera alors entre 25 et 45 minutes, voire un peu plus si vous confiez la gestion des decks d’objets à votre petite dernière de 4 ans. Le jeu complet se compose d’une campagne qui comprend 1 scénario tutoriel, 4 scénarios classiques et 1 scénario final, plus long car il vous fera visiter le recto et le verso du plateau dans une même aventure. Vous en avez donc pour a minima 3 heures de jeu, surtout si vous laissez les joueurs discuter entre eux de la prochaine action à mener. Un papotage que l’on vous invite très fortement à respecter pour ne pas rester sur l’impression que vous scannez des QR Codes toutes les 10 secondes…

La tablette, en tant qu’élément de jeu

Il y aura forcément des voix pour s’interroger sur la pertinence d’une application obligatoire pour le jeu enfant. La démarche est innovante (d’autres jeux avaient ouvert la voie, mais sans obligation d’utilisation) sans que cela ne soit véritablement problématique. La tablette est ici utilisée déconnectée et permet à la narration de progresser de manière non linéaire, les joueurs décidant librement de leur parcours. Il arrivera d’ailleurs que l’on soit amenés à se priver d’une partie de l’intrigue, en parvenant (malgré nous) à résoudre la quête principale en laissant en rade des personnages secondaires en attente de leur objet. Mais dans la mesure où la tablette est ici agent d’ambiance et de pure narration, on ne voit pas nécessairement en quoi sa présence serait dispensable, surtout si des adultes participent à la partie. Si cela peut permettre à des enfants de découvrir le jeu de société déconnecté de cette manière, ce sera même un bon compromis.

 Quelques regrets ?

Outre une certaine redondance déjà évoquée, on regrettera simplement que Kids Chronicles n’aille pas un peu plus loin dans son concept : en proposant par exemple de la fusion d’objets (ficelle + bois = canne à pêche), ce qui aurait permis de gagner encore en profondeur. On notera aussi que l’effet « tablette » est réel : chaque enfants jouant volontiers des coudes pour manipuler l’application si aucun adulte n’est présent pour assurer la narration. Il aurait aussi été agréable d’avoir une version « contée », avec des acteurs lisant les textes, pour toujours plus d’immersion. Mais finalement le plus gros reproche que l’on pourrait faire à ce jeu est particulièrement anodin : il manque un pion ou une figurine pour marquer la position du groupe sur le plateau de jeu. Cela semble débile et superflu, mais ça ne l’est pas : les enfants sont littéralement perdus sur la carte s’ils n’ont pas un moyen de matérialiser leur position. Alors certes, l’emplacement du groupe est rappelée sur l’application, mais d’une part tout le monde ne l’a pas sous les yeux, et d’autre part c’est trop immatériel pour aider à se souvenir que les aventuriers sont en train de visiter les ruines ou la tour de Merlin. Nous avons essayé avec et sans figurine, et l’immersion est tellement plus intuitive avec un objet qui matérialise la position des joueurs qu’on comprend mal comment l’éditeur a choisi de s’en passer. Avait-il peur que chacun veuille « son » pion, plutôt qu’un pion collectif ? Pensait-il que ça ne serait pas assez utile pour justifier le surcoût ? Peu importe. Mais il nous semble évident qu’il faudrait a minima proposer un petit standee en carton à télécharger et imprimer, car beaucoup d’enfants nous ont fait la remarque qu’ils se sentaient perdus et déconnectés du jeu faute de représentation sur le plateau. Comme quoi les choses les plus simples sont parfois celles qui peuvent manquer le plus.

L’avis de Plateau Marmots (Olivier)

Directement adapté de sa version « adulte » Chronicles of Crime, La Quête des Pierres de Lune est un jeu innovant et captivant pour les enfants, heureux de découvrir un univers narratif qui offre une relative liberté de déplacement et de résolution d’intrigue. C’est une première incursion intéressante dans le jeu assisté par application, car celle-ci invite finalement les marmots à… lire et à progresser dans l’aventure en suivant le chemin de leur choix. La mécanique de scanner les cartes et de les associer entre elles est plutôt intuitive, même si on ne pourra que déplorer une certaine lassitude au fil des parties, liée à la fois aux manipulations très répétitives et au manque de lieux différents à explorer. Et le truc amusant, c’est que si on pouvait avoir peur que l’application ne rende nos enfants addicts à la tablette, la répétition un peu abusée des manipulations (scan / observation / recherche des cartes dans les decks, / mise en place / scan / lecture / scan / lecture/ scan / observation…) les en dégouterait presque. Rien de grave assurément, mais suffisamment répétitif pour qu’ils n’aient tendance à vous rendre votre smartphone en cours de partie pour vous dire « euh… tu peux le faire, papa ? ». On conseillera donc de ne jamais enchaîner deux aventures à la suite, afin de laisser l’envie revenir et d’éviter tout phénomène de lassitude. Une fois pris ces éléments en compte, on restera évidemment sur notre bonne impression initiale, avec des aventures efficaces et bien écrites, qui donnent irrésistiblement envie d’aller plus loin et de visiter d’autres univers.

On aime

  • Immersif et innovant
  • De l’aventure en famille ! 
  • Une jolie déclinaison de Chronicles of Crime
  • La liberté d’action, grisante
  • Des scénarios simples mais bien écrits
  • L’appli, efficace et intuitive
  • L’ambiance sonore
  • La logique dans la résolution des quêtes
  • De belles heures de jeu

On aime moins

  • Rapidement répétitif
  • Des manipulations rébarbatives en fin de partie
  • Seulement 12 lieux à visiter
  • Parfois trop simple
  • Une figurine pour se repérer manque cruellement

Le trouver

Fiche Technique

  • Un jeu coopératif de David Cicurel
  • Illustré par Chanon Torncharoensri, Wihoon Lee et Maryna Nesterova
  • De un à plein de joueurs
  • A partir de 7 ans, (mais bien avant, en compagnie de grands)
  • Edité par Lucky Duck Kids

6 thoughts on “Test – Kids Chronicles – La Quête des Pierres de Lune

  • 29 octobre 2021 à 12 h 17 min
    Permalink

    Merci beaucoup pour cet article, vraiment content que vous ayez appreciez le jeu et les scenarios.
    Je voulais repondre sur l’absence de pion car dans le concept originel le pion était present. Nous avons fait des tests avec un pion (et nous avons fait vraiment beaucoup de tests avec des enfants très differents) mais le constat était toujours le même. Le pion était oublié et ne participait pas à l’immersion comme nous l’esperions. Si votre experience est augmenté avec un pion, nous vous encourageons a en utiliser un mais la décision de ne pas en mettre venait vraiment de l’avis inverse que nous avions constaté lors de nos parties de test (et non de Lucky Duck qui était ouvert à toutes les suggestions de l’equipe créative).

    Au plaisir de lire plus de commentaire sur le jeu!
    Ludiquement
    David, l’auteur.

    Répondre
    • 29 octobre 2021 à 12 h 25 min
      Permalink

      Bonjour !
      merci pour ce commentaire au coeur du jeu. Ici nous avons eu une expérience inverse, surtout avec les 6-7 ans. Comme ils ne tenaient pas forcément le smartphone ou la tablette, ils passaient leur temps à se demander où ils étaient et à suggérer des associations de personnages et d’objets impossibles au vu de leur lieu réel. Et évidemment cela ne manquait pas d’agacer les plus grands. Car au final, seul celui qui a l’appli sait exactement où il se trouve, et ça le gonfle assez vite de devoir répéter son emplacement aux moins attentifs. Quand cela arrive, les autres ne font que “suivre”, ce qui est toujours un peu dommage. Et clairement le problème s’est résolu de lui même quand j’ai chopé une simple pion de couleur pour représenter le groupe. Chacun suivait les routes possibles avec ses doigts, la concentration, l’attention et le plaisir de jeu étaient bien meilleurs.

      Répondre
      • 26 décembre 2021 à 19 h 28 min
        Permalink

        Bonjour le jeu est super mais l’appli est sensée être 100% en français ?
        J’ai bien mis Français dans les options mais j’ai seulement l’interface en français (bouton suivant, rappel du lieu, indication de voyage…) mais par contre tous les textes et dialogues sont en anglais.

        Répondre
        • 26 décembre 2021 à 20 h 56 min
          Permalink

          Bonjour,
          Tout est en français chez nous, textes inclus.

          Répondre
  • 16 janvier 2022 à 13 h 07 min
    Permalink

    Bonjour,

    Il a fallu attendre la MàJ de l’appli sur Google Play pour y jouer. L’application n’est pas compatible Android à 100%: les mouvements de téléphone ne sont pas reconnus sur la plupart des modèles, heureusement l’ajout d’un contrôle au doigt résout en partie ce bug.
    Ensuite il est très dommage de voir un interpréteur de script faire des erreurs de construction de phrase basique qui n’existait même pas dans des jeux sur ordi 8bits dans les années 80: “à le château” au lieu de “au château”… et il y en a un paquet comme cela. Pas terrible pour la cible du jeu !
    Les mêmes messages qui s’affichent en permanence si on revient au même endroit: peu ou pas de variance dans les messages !
    Très surprenant de ne pas avoir une narration audio pour l’immersion, et les bruitages sont assez sommaires.
    En bref l’idée de l’appli est sympa mais l’usage est vraiment très sommaire et basique, on aurait pu avoir bien mieux.
    Une imitation d’un Point&Click sur ordi en version très dégradée: on ne trouve ni la richesse d’un contenu jeu de société/livre, ni l’immersion et les possibilités modernes d’une appli.
    Le test passe sous silence tous les problèmes/bugs, et semble réalisé par des gens qui ne connaissent pas ou peu les jeux d’aventures sur ordi.
    Mais les petits sont conquis par le jeu, c’est l’essentiel.
    Par contre la cible est bien 5-7ans: le contenu est assez enfantin. Les notes d’humour ou second degré sont bien vus et permet au plus grand (8 – 11ans) de gérer le phone pour les petits sans ennuyer.
    L’appli reste le point faible: pas assez aboutie dans l’état et sous-exploitée.

    Répondre
    • 16 janvier 2022 à 14 h 05 min
      Permalink

      Bonjour, je suis assez d’accord avec l’ensemble des choses énoncées, je le dis moi-même dans le test, suaf pour une. AVANT la sortie du jeu nous avons longuement testé l’application sur 8 modèles de téléphones et tablettes différents sous Android et Apple, et TOUS nous ont permis d’y jouer sans le moindre souci (avec navigation au doigt et/ou gyroscopique) bien avant le lancement du jeu.

      Pour le reste on est d’accord : l’idée est sympa mais ça aurait pu aller plus loin et les manipulations sont, à la longue, fastidieuses.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.