Test – Sous l’Océan

Sous l’Océan est un jeu qui ne paye pas de mine, mais dont il faut résolument se méfier. Pourquoi ? Parce que sous ses airs de « jeu sympa bienveillant et mignon, typique de l’éditeur LOGIS » se cache une petite merveille de stop-ou-encore, et surtout un jeu idéal pour découvrir le genre.

Sous l’Océan, en effet, est un jeu que l’on pourrait résumer en disant :
« Certes, la brochure parlait d’un paisible voyage aux Bermudes, d’excursions sous-marines et de pêche miraculeuse. Mais quel est cet étrange aileron à la surface qui semble se diriger vers nous ? ».

Allez zou, même pô peur : enfilez vos combis et plongez dans les eaux turquoise de mon premier coup de cœur de l’année 2022 !

Sous l’Océan est un jeu de Tanja Malinowski & Marcus Meigel, illustré par Gediminas Akelaitis. On y joue de 2 à 4 joueurs, à partir de 5 ans. C’est édité par LOGIS et distribué en France chez Gigamic.

[Ce jeu nous a été confiés par l’éditeur afin que nous puissions fournir un avis. Cependant nous sommes au regret de constater qu’il n’y avait AUCUNE vraie perle dissimulée dans la boîte, aussi nous allons devoir dire ce que l’on en pense vraiment.]

Mignon comme un dauphin !

Sous l’Océan se joue directement dans la boîte et propose un matériel à la fois simple et ingénieux.

L’essentiel de la boîte est rempli par un insert qui représente les fonds marins divisés en 4 zones distinctes : vert, jaune, bleu et orange. Chacune de ces zones offre 4 petites encoches pour que votre plongeur puisse s’y installer. Vous pourrez ainsi, tous ensemble, visiter les fonds marins et découvrir les merveilles cachées du lagon, ce qui est autrement plus classe que de dire « bah vous avez une boîte avec 4 couleurs et 16 trous », ce qui serait un peu moins glamour.

Si le plateau est ingénieux, on ne pourra que s’extasier davantage encore devant ce petit couloir latéral très pratique. Il permet en effet de ranger sommairement le matériel, mais aussi de servir pour les lancers de dés, ce qui évite d’avoir à les chercher sous la table en cours de jeu. Sont malins chez Logis !

Le jeu se compose également d’une flopée de jetons coquillages, de 4 silhouettes de plongeurs (qui vont aller dans les trous, justement), de deux dés et d’une silhouette de requin.

Dangereux comme un requin !

Car oui.
Il y a un requin.
Bon, un requin plutôt sympa, assurément plus proche de Sharko que de Jaws.
Mais un requin quand même. Avec des dents.
Mais ne vous inquiétez pas : tout va bien se passer.

La règle du jeu tient dans une page recto verso (vous saurez jouer dès la fin de lecture de ce test) et le matériel est plutôt de bonne qualité. Tout respire la sobriété et l’efficacité : Sous l’Océan est simple, accessible, et permet de jouer rapidement. Ce n’est pas forcément flamboyant, mais ce sera rapide à sortir.

Squale qui le tour ?

De fait, le jeu se met en place en, genre, 37 secondes : il suffit de mélanger tous les jetons coquillages face cachée et de les placer dans une réserve, de choisir un plongeur et d’attribuer le pion requin (premier joueur) au plus vieux des joueurs autour de la table.

Ce dernier s’empare du dé requin et du dé de plongée, et la partie peut commencer.

Tous à la plonge !

Le tour de jeu, fort simple, commence en lançant le dé de plongée. Il s’agit d’un dé à 6 faces, chacune présentant une couleur. Celle sur laquelle le joueur tombe indique naturellement quelle zone de l’océan le plongeur fouille. Les marmots s’amuseront volontiers à prendre leur petit plongeur et l’insérer dans l’une des fentes prévues à cet effet. Et le plus souvent en faisant « plouf ! ».

L’océan n’étant pas uniforme, la zone orange permet de ramasser 3 coquillages, il y a 2 coquillages à prendre dans la zone jaune et 1 coquillage dans les zones vertes et bleues. Évidemment, le dé de plongée possède davantage de faces vertes et bleues, pour vous inciter à ne pas tout rafler en quelques tours de jeu.

Une fois que le plongeur est dans sa zone, il prend donc le nombre correspondant de coquillages dans la réserve. Il les garde face cachée et ne les consulte pas : ce n’est pas au fond de l’océan qu’on s’amuse à vérifier la marchandise.

Il passe ensuite le dé à son voisin, qui fait de même, et ainsi de suite.

“Baaaabyyyy shark, dou dou dou dou, dou dou dou”

Une fois que tous les joueurs ont plongé, le premier joueur s’empare alors du dé requin (tatatatatatatatiiiinn), et le lance. Le résultat indique la couleur de la zone visitée par le requin. Eh oui : le requin arrive, et il ne fait pas bon rester dans les parages. Tous les plongeurs qui se trouvent dans la zone sortent précipitamment de l’eau et abandonnent leurs coquillages, qui retournent au fond de l’eau, c’est-à-dire face cachée dans la réserve.

Les autres joueurs qui barbotent encore ont alors le choix : rester dans l’eau et repartir pour un tour de jeu, ou bien sortir de l’eau et récupérer définitivement le contenu de leur pêche. C’est le fameux moment du stop-ou-encore. Si les joueurs sortent de l’eau, les jetons amassés seront alors retournés et placés devant le joueur. Si la plupart des coquillages contiennent une perle, certains sont vides. D’autres révèlent même une perle noire. Celle-ci ne rapporte rien, mais quand les 4 perles noires auront été révélées, ce sera alors la fin de la partie.

Les joueurs qui restent, quant à eux, prennent le risque de tout perdre en remettant – à chaque tour – leur butin en jeu. Mais ce sera également l’occasion de gagner gros, si la chance est avec vous.

Quand il n’y a plus personne dans l’eau, le joueur suivant récupère le dé requin et tout le monde peut alors retourner à la pêche aux coquillages. Le vainqueur de la partie est le plongeur qui possède le plus de perles devant lui au moment où la 4e perle noire est révélée.

L’ivresse des profondeurs

Je ne saurais être objectif en termes de sensations car j’adore la mécanique de stop-ou-encore et je la trouve incroyablement efficace avec des enfants. Et clairement, Sous l’Océan est l’un des meilleurs jeux auxquels j’ai joué pour faire découvrir cette mécanique aux marmots. Le plaisir est immédiat, et le stress de voir arriver le requin dans sa zone est à chaque fois un grand moment du jeu. C’est intense, fun, et les marmots sont en transe à chaque lancer de dé.

Là où le jeu est redoutablement malin, c’est que les faces de dés sont justement distribuées pour créer de la tension. Vous gagnez plus gros si vous allez dans les lagons orange et jaune (1 face sur 6), MAIS le requin a plus de chances de vous trouver dans ces eaux (2 faces sur 6 pour chaque). Les eaux tranquilles seront moins rémunératrices, mais vous permettront peut-être de barboter de manière plus sereine…

L’autre aspect malin du jeu, et qui le rend très compatible avec les enfants, justement, c’est que c’est le dé qui décide de votre destination. On aurait pu imaginer un jeu légèrement plus complexe où les plongeurs peuvent librement décider de leur zone, ce qui forcerait les enfants à faire d’emblée un choix de risque ou de tranquillité. Si ce choix est évident pour les plus grands, il n’en est rien pour les plus jeunes, et le fait de laisser le sort décider de son emplacement est une excellente chose pour les premières parties. Rien ne vous empêchera, ensuite, de laisser les enfants décider de leur emplacement une fois les enjeux maîtrisés, afin d’introduire une petite dose de piment supplémentaire.

Mais dans les premières parties, ou avec de jeunes enfants, la présence du dé de plongée permet de dédramatiser les menaces de requin. S’ils perdent, ce n’est pas suite à un « mauvais choix », c’est juste le dé qui a décidé, et ça passe plutôt bien. Ouf !

La prise de risques et les marmots

Et cette présence de dé a d’autant plus de sens que la prise de risques n’a rien d’intuitif pour des enfants. En général les premiers jeux de stop-ou-encore sont accessibles vers 5 ans, parfois un peu avant. Pas si facile de se dire « si je continue, je peux tout perdre ». Il faut savoir doser l’envie, composer avec la chance, prendre en compte ses premières stats. Clairement, Sous l’Océan fait pour moi partie des meilleurs jeux pour découvrir ce concept, avec L’Or du Capitaine Black, Dali Le renard, Polar Party et – pour les plus grands – Troll & Dragon, qui propose un jeu plus musclé.

Pour faire connaître à vos marmots leurs premières émotions liées à l’indécision et au plaisir de la gestion du risque, ces titres vous permettront de grands moments de fun… et aussi de frustration, quand ils perdront tout à être trop gourmands.

L’avis de Plateau Marmots (Olivier)

Sous l’Océan est un excellent titre qui va à l’essentiel en proposant aux marmots le plaisir simple et intense de la prise de risques et du stop-ou-encore. Rapide à jouer, agréable à manipuler et plein de suspense, il permet de s’initier aux premières sensations du « je reste ou je pars », dès 4 ou 5 ans. Fort de son matériel simple et pratique, il se joue en quelques minutes et promet de beaux moments de sensations fortes autour de la table. Sans doute la meilleure porte d’entrée pour découvrir cette mécanique de jeu !

On aime

  • Très accessible
  • Plutôt joli
  • On joue dans la boîte
  • Sensations fortes quand c’est au tour du requin
  • Une très belle découverte du stop-ou-encore

On aime moins

  • Il aurait été simple d’implémenter des variantes pour les plus grands

Le trouver

Fiche Technique

  • Un jeu de Tanja Malinowski & Marcus Meigel
  • Illustré par Gediminas Akelaitis
  • De 2 à 4 joueurs
  • A partir de 5 ans
  • Edité par LOGIS
  • Distribué en France chez Gigamic.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.