Un petit tour à Paris est Ludique

Ces 23 et 24 juin 2018 a eu lieu le festival PeL. Aucun rapport avec votre livret d’épargne, il s’agit du sigle du festival Paris est Ludique. Situé dans le 12e arrondissement, pelouse de Reuilly, PeL, en quelques chiffres, cette année, c’était : 20 000 entrées, 180 exposants, 1600 tables de jeux, 6800 chaises,  250 tentes et chapiteaux. Et 150 bénévoles. Ces gentils organisateurs tout d’orange vêtus. Parce que la spécificité de ce festival, c’est qu’il est géré uniquement par des bénévoles, de A à Z. Et pour une organisation de cette taille (le 3e festival de France, après le FIJ et le FLIP), chapeau ! L’ambiance qui en découle, tant avec le public qu’avec les éditeurs de jeux s’en ressent d’ailleurs très positivement.  

Plateau Marmots était bien sûr présent à cette orgie de jeux ! Outre les dés, cartes, meeples et autres figurines,  on pouvait y croiser des pirates, des maîtres jedi, des steampunks et des hippos géants. Voici un petit tour d’horizon de cette escapade ludique…

 

Parlons jeux, mais parlons bien ! Voici un petit tour d’horizon de différents éditeurs croisés lors de Paris est Ludique, pour vous présenter quelques jeux, nouveautés et avant-premières, découverts, testés ou entraperçus au hasard des allées.

Le pas léger, commençons par Sit down, avec la découverte du prototype Gravity superstar. Julian Allain, son créateur rennais, ludothécaire de surcroît, a voulu redonner la sensation de jeux de plateforme via un simple jeu de plateau. Accessible à partir de 10 ans, le but est de déplacer son pion dans l’espace pour récupérer le maximum d’étoiles. C’est votre set de cartes qui vous permet de vagabonder dans l’espace, et de changer de gravité (d’où le nom. Bon sang mais c’est bien sûr !) Un jeu malin, qui séduira les pré-ados adeptes de jeux vidéos, ainsi que les nostalgiques de Mario. Sortie prévue pour le festival d’Essen cet automne.

Le bleu chatoyant du ciel était si éclatant que même les oranges en ont été teintées. C’est Céline qui nous a fort aimablement guidé à travers les nombreuses tables de Blue orange. Beaucoup de jeux déjà testés et qui sont des succès (Mr Wolf, Kikafé ?, Gobblet Gobblers, Pengoloo). On y découvre en avant-première Once upon a castle, jeu de bâtisseurs familial alliant chance et stratégie. C’est en dessinant sur des blocs de feuilles que les joueurs vont construire leur château idéal. Des tours majestueuses, des murs épais et bien décorés et un donjon confortable pour les invités de passage. Celui qui saura le mieux exploiter les ressources de la région dessinera le plus beau château du royaume. La version définitive arrivera pour Essen.

Nous frayant un passage à travers les tentes, nous sommes allés dénicher chez Tactic un jeu qui plaira aux plus jeunes, dès 5 ans : Les aventuriers de la jungle. Chacun devra mener ses pions (éléphant, tigre et singe) jusqu’à la ligne d’arrivée. Trois pions, trois dés, mais un seul type de déplacement autorisé à chaque tour. Fera-t-on bondir son ouistiti à toute vitesse, ou déplacera-t-on son pachyderme lentement mais sûrement ? La queue-ressort du crocodile permettra de franchir les précipices, mais attention à ne pas tomber dans la rivière… Sortie prévue mi-juillet.

On continue notre exploration de nouveaux territoires chez Bragelonne-Castelmore. L’éditeur de livres à thématique SF, fantasy et fantastique se lance en 2018 dans l’univers ludique avec sa ligne Bragelonne games. Guidés par Gaëlle, on s’enfonce dans la savane avec Safari go ! Ici, les futurs rangers doivent mémoriser des cartes qui répondent à deux critères : une catégorie (animaux herbivores, animaux carnivores, équipement de ranger…) et une couleur (brun, gris, tacheté…). Au cours du safari, de nombreuses cartes vont bien sûr changer de place, et des défis se mettront en place. Monde cruel pour ce memory : les erreurs de vos adversaires vous rapporteront des points.

Le prototype du Royaume de Carottia ravira les plus jeunes. Dans ce jeu collaboratif, maître lapin mène des quêtes et récolte des carottes. Pour cela, il faudra construire ensemble des labyrinthes dans un temps limité (30s, 1mn, 1mn30). Ce jeu évolutif peut s’adapter aux différents âges avec des règles plus ou moins corsées.

Terminons notre périple chez Ludonaute, où un travail d’Hercule nous attend : développer notre civilisation avec CIV- Carta Impera Victoria. Une petite boîte blanche pour ce jeu de civilisation, qui propose d’explorer six domaines : militaire, religion, économie, science, art et utopie. Soyez le premier à devenir hégémonique dans un domaine et vous entrerez dans l’Histoire. Il faudra bien sûr être attentif aux autres joueurs pour les ralentir dans leur développement. Un graphisme coloré pour un jeu de cartes,104 précisément, (tiens, tiens, j’ai déjà vu ce chiffre -romain- quelque part !) permettant un bon nombre d’actions.

Veni, vidi, ludi !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.