Edito : Vous avez le droit de rejouer !

Inutile de me lancer le regard fuyant de celui qui s’est fait choper à tricher sur Bazar Bizarre : je sais que vous ne jouez plus avec vos marmots. Cessez de nier, je le sais, c’est tout. À la faveur de la rentrée, vous avez mis le jeu de société entre parenthèses. En plus les feuilles mortent se ramassent à la pelle et vous collent le blues. Ah, elles sont loin les soirées jeux estivales autour de Catane Junior et les douces histoires de Story Cubes édition Rampage racontées sous la tente de camping !

C’est comme ça : septembre, c’est le mois où on ne joue plus : « pouce, je suis perché ». Mais si vous êtes sur ce site, c’est que vous êtes convaincu (comme je le suis moi-même) de l’importance de jouer régulièrement avec vos marmots. Alors, essayons ensemble de voir ce que l’on pourrait faire pour concilier vos instants jeux et rentrée des classes.

La faute à qui ?

Reconnaissons-le : vos enfants sont les premiers à être moins demandeurs de jeux de société. Nouvelles classes, nouvelles écoles, nouvelles activités, nouveaux devoirs, nouveaux copains… ils ont suffisamment fort à faire pour avoir l’esprit ailleurs. Les premiers entraînements de foot, de violoncelle et de macramé occupent le mercredi après-midi et les nombreuses sorties de jeux vidéo trustent la moindre parcelle de temps libre. Dernier argument, encore plus imparable : pourquoi s’enfermer autour d’une table de jeu alors que l’on pourrait profiter des derniers rayons de soleil pour une chouette sortie en forêt ?

Quel que soit l’âge de vos marmots, il n’est clairement pas facile de trouver des créneaux pour continuer à jouer au milieu du tumulte de la rentrée scolaire. Et il en va souvent de même pour vous ! Nouveau chef de service, nouveaux employés, nouveaux horaires de bus, nouveaux rayons dans le supermarché, nouveaux papiers à remplir, nouveaux certificats à aller chercher : le quotidien est rempli de changements de calendriers plus chronophages les uns que les autres.

« Donc jouer, on verra plus tard, hein !?”
Ben oui. Sauf que non. Et je vais tout de suite vous expliquer pourquoi.

Jouer à la rentrée, pour quoi faire ?

Devant cette avalanche de nouveaux rendez-vous, difficile de caler des instants privilégiés où vous pouvez pleinement communiquer avec votre enfant et évaluer comment il encaisse ce nouveau rythme. Le matin c’est le rush pour l’école, le soir ce sont les courses, les devoirs, le bain, le repas et le dodo. Difficile alors de prendre la température entre ce bon vieux “j’aime pas les champignons”, le classique “j’ai pas sommeil” ou l’incontournable “Mais Mamannnn y’a Tiffany, Ricardo et Amber qui m’attendent pour aller jouer”.

Et pourtant, ces instants jeux sont justement les rares moments où vous pouvez justement communiquer efficacement avec vos marmots. Libérés par la passion du jeu, ils sont alors sans méfiance totalement ouverts à vos questions sur leur bien-être et sur le démarrage de cette nouvelle année. Au lieu du récurrent “euuuuhhhh j’ai oublié” auquel vous avez droit chaque soir quand vous leur demandez si la journée s’est bien passée et s’il y a des devoirs, ils vous raconteront par le menu comment ils ont joué à chat, embrassé Ricardo et retenu que deux plus trois faisaient huit (tout en vous mettant Mat en cinq coups). Si si, vous verrez : libérés de la pression du quotidien devant la fantaisie du jeu, ils vous laisseront entrer dans leur univers avec beaucoup plus d’aisance que d’ordinaire. Vous pourrez donc leur poser des questions anodines sur l’ambiance à l’école, les nouveaux copains, leurs doutes vis-à-vis de certaines matières… ou certains profs. Vous retrouverez un peu de complicité dans vos échanges, en tout cas assez pour découvrir à la dernière minute qu’ils ont un devoir à la maison de 12 pages à rendre pour demain matin sans faute.

Bref : il faut jouer avec vos enfants, encore et toujours, mais des aménagements peuvent bien évidemment être trouvés pour tenir compte des réalités du moment.

Et si on faisait fun et court ? 

Le fait est que vous avez moins de temps, que vos enfants ont moins de temps et que le temps a moins de temps.

De toute évidence, les jeux à privilégier pour cette rentrée sont donc des jeux qui doivent être faciles à sortir et à mettre en place, pour des parties de 15 à 20 minutes max. Les jeux de cartes ou de dés sont souvent parfaits pour cet exercice périlleux de “jeu sur un coin de table”. Les jeux doivent aussi être capables d’agglomérer le maximum de joueurs en une fois, pour ne pas avoir à multiplier les sessions de jeux par marmots, et que tous puissent s’amuser en même temps.

Je pense par exemple à des jeux de quiz visuels, comme le sympathique Snap ! Animaux de chez On the go, qui vous permettra de calmer vos fauves en les forçant à se montrer attentifs. Côté jeux de plateau classiques, Monza de chez Haba ou Pique Plume de chez Gigamic sont des valeurs sûres de jeu à la mise en place immédiate et au fun garanti quel que soit l’âge des joueurs.

Kan-ga-roo a ma préférence pour les jeux de cartes à durée à géométrie variable, car vous pouvez jouer autant de manches que vous le souhaitez et décréter que le vainqueur sera déterminé au bout de la cinquième… voire de la première :).

Autre jeu rapide et facile à mettre en place, le très original Manoir Infernal qui vient de sortir chez Blue Orange est véritablement parfait pour une petite partie frénétique et fun de quelques minutes. Le test arrive très vite.

Et si on jouait dehors ?

Le soleil persiste ? Allez faire un tour ! Il est tout à fait possible de transporter vos jeux dehors pour le goûter, que vous ayez une table de jardin ou une nappe pour vous installer dans le parc. Vous ne pourrez évidemment pas jouer à Rhino Hero par grand vent, mais Saute-Lapin (Haba) est un jeu parfait pour jouer en extérieur et créer un parcours semé d’embûches.

Les Rory’s Story Cubes (Asmodée) seront aussi toujours à vos côtés pour une petite partie de gameplay narratif, où que vous soyez. Jetez 9 dés, et zou, racontez des histoires : c’est imparable de simplicité et sortable en toute occasion.

J’ai récemment testé un “Défi Nature” (Bioviva) dans la salle d’attente d’un médecin avec un marmot de 6 ans, et cela fonctionne très bien. Tous les jeux de cartes qui ne nécessitent pas de “pose” sont donc vos alliés de chaque instant en extérieur.

Et si vous avez un peu plus de temps, la rentrée est le moment idéal pour attaquer des parties de “Petits Détectives de Monstres” (La loutre Rôliste) en extérieur, voire en jeu grandeur nature. Pour rappel, Petits Détectives de Monstres est un jeu de rôles pour enfants aux règles très simples dont la subtilité est de faire en sorte que le Maître de Jeu est également un personnage joueur (afin d’aiguiller en permanence les plus petits dans la bonne direction). Il est tout à fait possible de créer un scénario qui tient en vingt minutes, totalement jouable en extérieur. Il faudra juste avoir un coin de table pas trop loin pour que vous puissiez prendre quelques notes. Une table de jardin peut servir de “camp de base” à l’équipe, qui y reviendra de temps en temps pour jeter les dés et siffler un Jack Daniels une grenadine bien méritée.  

Et si on se défoulait ? 

Si jamais l’accumulation devoirs + nouveaux horaires tape sur le système de vos petits loups, peut-être faut-il également essayer de les aider à évacuer le stress ou l’angoisse qu’ils n’arrivent pas forcément à exprimer. Bioviva a récemment sorti deux jeux qui sont parfaits pour inciter vos marmots à se trémousser assez pour oublier l’interro de maths du lundi matin.

Pour les plus petits, Gym’ Animo est tout indiqué puisqu’il s’agit de prendre conscience des possibilités de son corps en imitant des animaux. Cela permet de développer la gestuelle (mon fils fait super bien le crabe) mais aussi de leur permettre de se défouler en bonne et due forme quand ils commenceront à se sentir à l’aise dans leurs mimiques.

Pour les plus grands, Cro-Magnon est aussi un jeu antistress très réussi, car il provoque des situations souvent loufoques. Chaque joueur incarne un homme préhistorique qui doit faire deviner un mot en utilisant les moyens du bord : mimes, grognements, modelage ou dessin au charbon sur mur de pierre. Le résultat est assez irrésistible, même lorsque l’on est réfractaire au party games.

Si vous avez envie de passer en mode “hystérie contrôlée”, je ne peux que vous conseiller Bubble Jungle, un jeu d’adresse qui part sur les bases d’Hippo-Gloutons, mais qui améliore fort heureusement le concept avec un système de cartes qui vous force à attraper des billes précises au milieu du chaos. De quoi se défouler sans pour autant faire n’importe quoi et vivre des parties bien plus tendues qu’avec des Hippopotames arthritiques.

Et si on reprenait les bases ?

La rentrée ludique, c’est aussi un moment privilégié pour faire le point sur les choses importantes, la vie quotidienne, le partage des tâches et l’étendue des connaissances. Attention, je ne parle pas de tous ces “jeux” qui ont pour objectif de vous faire réviser en douce, mais bel et bien de ceux qui peuvent vous apporter quelque chose de significatif au quotidien. En tête de gondole, j’ai très envie de vous parler – une fois encore – des éditions Abeilles qui se sont spécialisées dans le “mieux-vivre” des marmots. Leurs jeux abordent donc des sujets importants, par exemple la prévention des risques domestiques, les réflexes à prendre pour manger de manière plus saine ou encore les enjeux de la sécurité routière. La plupart des jeux sont des revisites de grands classiques (Loto, 7 familles, Mémory…) mais ce sont autant d’occasions d’aborder avec vos marmots des sujets souvent difficiles. Bref, jouer à ces jeux à la rentrée est essentiel pour recadrer les règles de survie en milieu hostile, qu’il s’agisse de la cuisine ou de la salle de bains.   

Sur le sujet du “Mieux-Vivre”, certains autres éditeurs ne sont (heureusement)pas en reste. Cocktail games a récemment sorti le jeu Préventodingo qui couvre lui aussi les accidents domestiques, et les Montpelliérains de Bioviva ont eux décliné toute une gamme de petits ateliers “activités pour grandir” pour aider au quotidien sur l’endormissement, le gain de confiance en soi, l’affrontement des peurs, etc.

Si le domaine du jeu peut contribuer à éveiller les marmots sur les risques auxquels ils sont chaque jour exposés, alors il est nécessaire de le mettre en avant et d’inciter les parents que nous sommes à y porter une attention toute particulière.  

Et s’ils jouaient seuls avec vous ?

Rien à faire, vraiment le temps vous manque ? Alors n’oubliez pas que beaucoup de jeux permettent à vos enfants de jouer seuls. Bien sûr, l’idée n’est pas d’envoyer l’enfant jouer dans sa chambre pendant que vous regardez Hanouna en vous empiffrant de bretzels, mais bel et bien de faire en sorte qu’il soit dans la même pièce que vous pendant que vous faites autre chose.   

Comme on le répète souvent, la plupart des jeux coopératifs (Le Trésor des Lutins, La Forêt mystérieuse, Le Verger, Après l’orage…) où le joueur affronte le jeu et non pas un autre joueur permettent bien souvent de jouer en solitaire. Il pourra ainsi sauver le monde pendant que vous finissez votre lettre anonyme pour vous plaindre du chien des voisins.

Dans le même ordre d’idées, ces dernières années ont vu fleurir bon nombre de puzzles games, un genre très intéressant et actuellement en plein boom.

Le principe est de confronter le marmot devant un plateau de jeu et de le soumettre à des exercices de logique d’une difficulté croissante. L’un des plus célèbres représentants de cette catégorie est Rush Hour, un jeu inventé en 1970, mais certains éditeurs, comme Smart Games, se sont spécialisés dans ces casse-têtes en solitaire, que l’on peut résoudre sur la table de la cuisine pendant que papa mijote son légendaire gratin dauphinois façon Picard. Dans le même ordre idée, Logikville vous arrachera quelques neurones dans la joie et la bonne humeur.  

Bref, être avec eux sans forcément jouer avec eux, ce qui est une alternative finalement acceptable en cas de grosse indisponibilité temporelle et qui permet de papoter tranquillement.

Et si on achetait un jeu tous ensemble ?

Mais le but étant bien évidemment de jouer tous ensemble, et si vous profitiez d’un soir de semaine plus light que les autres pour aller faire un peu de shopping, que ce soit dans une boutique du coin ou en ligne ? Les jeux pour enfants sont souvent assez faciles à trouver, et les boutiques spécialisées ne manquent pas. Pourquoi alors ne pas profiter de ce début d’automne pour acheter un gros jeu à partager tous ensemble. Okay vous n’y jouerez pas avant octobre, mais au moins vous aurez le temps de lire la règle.  

N’oubliez pas que vous avez plus besoin de jouer avec vos enfants qu’eux n’ont besoin de jouer avec vous. Donc faites-vous collectivement un peu de bien et allez vous faire plaisir avec une grosse boîte, garnie de cartes, de jetons et de tuiles, que vous aurez un plaisir réel à dégrapper et dépuncher avant votre première partie. Cela marquera le début de l’automne de la plus jolie des façons : celle du retour du jeu dans vos maisons.

2 pensées sur “Edito : Vous avez le droit de rejouer !

  • 25 septembre 2017 à 19 h 03 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord avec ce constat: la rentrée nous tue….et c’est, en partie, pour cela que les moments jeux sont les bienvenus.
    Depuis la rentrée, on a testé Specific, mission animaux, trésors volés, la boîte de comm de la famille, las vegas, panic island et il nous reste magic maze….et surtout, si tu veux donner ton avis, n’hésite pas… ;-D

    Répondre
  • 25 septembre 2017 à 20 h 03 min
    Permalink

    Ah c’est vrai que l’on a tendance à moins jouer en septembre pour toutes les raisons que tu as citées. En semaine cela parait un peu impossible notamment mais il est toujours possible de trouver au moins 15 minutes pour faire une petite partie qui va bien…Dernièrement on a joué à Licornes dans les nuages, Cardline et Cocotaki, sans oublierTicket To Ride en version online (un peu plus long celui-là)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.