Cannes 2019 – Space Cow dans les tables

Que l’on était impatients de rencontrer Hannah de Space Cow ! Il faut dire que l’annonce tonitruante de l’arrivée de cet éditeur dédié aux jeux pour marmots a eu d’emblée de quoi séduire, puisque Space Cow, c’est rien de moins que le rejeton de Benoît Forget et de Wilfried Fort, sous la tendre férule de ses marraines les fées Space Cowboys. Bref, un solide bagage ludique qui incite à surveiller de près ce nouveau venu.

Mais en dépit des annonces d’intention, nous n’avions encore rien vu de ce flamboyant éditeur. C’est désormais chose faite, et ça en met plein les yeux.

Yum Yum Island

Le premier jeu Space Cow se dévoile enfin. C’est un jeu coopératif d’adresse teinté de stratégie, qui rappelle un peu Spooky Castle dans son principe. Le pitch est génial : un ogre sème la zizanie sur une île paradisiaque en s’accaparant toute la nourriture disponible, au détriment des animaux du coin. Un pont aérien est donc organisé pour les ravitailler. Des pélicans, basés sur la carapace d’une tortue de mer géante, vont décoller sans relâche pour tenter de nourrir les animaux affamés. Seul souci, ils devront faire leur approche finale à l’aveugle, car un épais brouillard (ou les émanations des flatulences de l’ogre) leur empêche d’ouvrir les yeux.

Une île de toute beautay

Concrètement le jeu se compose d’une île sur laquelle repose l’ogre endormi, et de plusieurs animaux que l’on place autour. Chaque pièce de jeu est creusée de sorte à recevoir des petits jetons colorés, qui symbolisent la nourriture. Pour gagner, il faut prendre des jetons colorés et les lâcher au dessus des animaux, en respectant leurs demandes. Tout jeton qui tombe à côté de la cible visée est automatiquement donné à l’ogre, dont le ventre se remplit peu à peu. Mais attention, la récolte de pions et le largage s’effectuent à l’aveugle, avec un masque sur les yeux. Il faudra mémoriser son parcours, un peu comme dans Flooping. 

With a little help from my friends

Avant chaque lancer, toutefois, le joueur lance un dé. S’il tombe sur la face coop’, les autre joueurs peuvent le guider tout du long. Sinon il devra faire son tour en solo. Le but du jeu est de nourrir tous les animaux selon leurs désirs avant que le ventre de l’ogre ne soit plein. On pourra toutefois compter sur quelques pouvoirs spéciaux des animaux pour nous aider en chemin.

L’ensemble est aussi magnifique qu’agréable à jouer, et démarrer par un jeu coop’ est une super idée. Ça demande à être testé, mais on a hâte !

Un second jeu ?

On a eu la chance de pouvoir tester le prototype d’un jeu qui propose aux petits marmots d’évaluer la taille d’un monstre pour le recouvrir complètement d’un disque de carton. Plus le disque est petit, plus on gagne de points. Mais si un bout de monstre dépasse, c’est perdu. C’est franchement malin, et permet de savoir si on a le compas dans l’oeil, en évitant le sens littéral. Mais on n’en dira pas plus, car c’est clairement encore en plein développement, alors chut.

Vivement !

Yum Yum Island devrait sortir au printemps, avant l’été quoi qu’il arrive. Autant vous dire qu’on va suivre cela de très très très près.

Crédit Phot0 : Jeux de Nim. Bah oui, la mienne était toute floue :)))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.