Entretien – Alexandre Droit

Alexandre Droit est le créateur de nombreux jeux tels que Foutrak, Chop!Chop !, Poc, Apocalypse zoo, Dream on, etc. Lors d’une formation à FM2J (centre de formation aux métiers du jeu et du jouet) à Lyon, j’ai eu l’occasion de le rencontrer et il a eu la gentillesse de m’accorder un peu de son temps pour répondre à quelques questions. Je vous laisse découvrir ce passionné de jeux avec qui j’aurais pu discuter jusqu’au bout de la nuit tellement sa passion est contagieuse…

Plateau Marmots :

Bonjour, Alexandre, merci de m’accorder ce temps pour répondre à mes questions. Nous allons commencer par une question simple, quel est votre métier ?

Alexandre Droit :

À la base, je suis graphiste, puis forcément avec l’arrivée de l’informatique, je suis devenu tout naturellement infographiste !
J’ai fait ce boulot pendant une quinzaine d’années et aujourd’hui, je le pratique toujours un peu, essentiellement pour mes prototypes de jeux.

Plateau Marmots :

Je ne pouvais pas mieux rêver comme transition… vous parlez de prototypes de jeux, comment en êtes-vous venu à la création de jeux ?

Alexandre Droit :

En 1994, je faisais des études en communication visuelle et publicité. Le thème de fin d’année (représentant 50% de la note globale pour passer en classe supérieure, donc en gros, il fallait assurer !) : créer un jeu de société ! Quelques règles à ce défi : nous avions environ un mois et demi pour rendre un produit “ le plus finalisé possible et devions travailler en binôme. 
Associé avec un ami (Laurent Ruptier, plus tard coauteur sur “mon/notre” premier jeu édité : Foutrak), nous avions créé un jeu en bois, un jeu de stratégie qui se nommait “Taktik”. Grâce à lui, nous avions fini premiers de la promo et étions passés en dernière année. C’est ce même jeu qui nous réunira dix ans plus tard !

En 2005, je suis au chômage et Laurent aussi ! “Et si nous essayions de créer des jeux en attendant de retrouver du boulot !” Pendant 8 mois, nous n’allons faire plus que ça !
Nous sommes plutôt contents du résultat, mais : sommes-nous crédibles, nos jeux existent-ils déjà, sont-ils suffisamment intéressants, pouvons-nous faire mieux… ? 
Pour le savoir, nous commençons à rencontrer plusieurs personnes de cet univers, testons nos jeux entre amis, dans les bars, les cafés jeux… Testons encore et encore, modifions…

Puis, un beau jour de 2010 (oui, il faut être patient !), un de nos jeux arrive tout droit dans les mains de Matthieu d’Epenoux (dirigeant de la société Cocktail Games), qui me contacte et m’annonce qu’il veut éditer “Foutrak”. “Mon camarade de jeux” et moi-même sommes ravis. Le jeu sort en juin 2011. Une bien belle aventure commence et nous amène à aujourd’hui !

Plateau Marmots :

Comme quoi y’a des sujets qui nous inspirent plus que d’autres (rires)… À l’époque vous aviez trouvé le bon binôme, aujourd’hui avez-vous un partenaire de création avec lequel les idées fusent très vite ?

Alexandre :

J’aime travailler des deux manières ! J’aime bien fonctionner tout seul, même si en vrai on n’est jamais tout seul, car le plus souvent un jeu tourne beaucoup et on échange avec beaucoup de personnes à son sujet.

Et j’aime aussi réfléchir à plusieurs. Comme le cite souvent Julien Prothière : “Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin”.

Voilà un bon exemple de personne avec qui j’aime travailler ! Je peux citer aussi Florent Toscano, Nicolas Bourgoin, Faouzi Boughida, Johan Benvenuto…
L’important est de bien communiquer, d’écouter et de respecter les idées des autres. Si c’est le cas, on a tout pour s’entendre. Après, encore faut-il réussir à faire quelque chose d’intéressant ! 

Plateau Marmots :

Une fois vos prototypes plus ou moins aboutis, où les testez-vous avant de les envoyer aux éditeurs ?

Alexandre :

À la maison ! Mon premier cobaye est ma compagne ! J’ai beaucoup de chance, Fabienne adore jouer, elle est toujours partante pour tester mes prototypes, des premières idées bancales aux derniers peaufinages !
Après Fabienne, il y a plein de gens que je fais jouer, chez moi, chez eux : les amis auteurs, boutiquiers, ludothécaires… 
Je vais aussi dans les cafés-jeux. Les avis et les regards différents de tout ce beau monde m’intéressent. 
En fonction de tous ces retours, je continue, je modifie, je recommence, j’arrête… ! 
Quoi qu’il en soit, je ne donne pas de jeu à un éditeur avant d’avoir au moins 70 % de retours positifs.

Plateau Marmots :

En général, entre l’idée, le prototype et le jeu final il y a quelques changements… je vais me permettre une question pour assouvir ma curiosité personnelle… j’ai eu l’occasion de tester le jeu chop!chop ! Édité chez Djeco, vous auriez une photo du prototype à nous montrer… histoire de comparer les deux ?

Alexandre :

 

Plateau Marmots :

C’est drôlement proche du proto… ça doit rassurer quelques graines d’auteurs qui passent par là… pourriez-vous nous dire quel est le jeu que vous avez créé le plus rapidement et comment l’idée vous est venue ?

Alexandre :
Il y en a plusieurs… Certains ont été faits en quelques jours.

Pour Foutrak, je suis allé me coucher et à un moment j’ai pensé : jaune = geste, bleu = bruit… ! Hum… si on mélange du bleu et du jaune on obtient du vert !
Et comme ça, on doit faire les deux, le geste et le bruit ! Voilà comment ce jeu est né !

Pour Rings Up!, je me suis dit que l’on se servait de nos mains pour tenir des cartes, lancer des dés, déplacer des pions… Mais, pas vraiment de nos doigts !
Du coup, je trouvais ça bien d’empiler des “trucs” sur nos doigts ! Et pourquoi pas des bagues de couleurs ?

Après, il ne faut pas confondre “la bonne idée” et la rapidité d’exécution ! Je ne sais pas si je suis très clair ? 
Une mécanique qui fonctionne tout de suite, c’est bien, mais ça ne fait pas tout ! Après, il faut être certain que ce soit intéressant, que tout marche et pour ça, il faut faire tourner le jeu. Il est très rare que rien ne soit modifié entre la toute première idée et la finalisation du prototype.

Plateau Marmots :

Parmi tous les jeux que vous avez créés, en avez-vous un dont vous êtes le plus fier ? Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Alexandre :

Ben non ! Pour la simple raison qu’ils ont tous leur histoire !
Même si je n’aime pas trop cette comparaison, ce sont tous “mes bébés”, avec leurs qualités et leurs défauts !

Plateau Marmots :

La comparaison est bonne, je pense que nombreux sont les auteurs qui parlent de leurs jeux ainsi. Parlons un peu de vous et FM2J…Pour les personnes qui ne connaissent pas ce sigle, c’est un centre de formation aux métiers du jeu et du jouet qui propose de faire des formations courtes ou longues… (pour les plus curieux..https://www.fm2j.com).Vous êtes là-bas (et sûrement ailleurs) une “référence” de créateur chez FM2J, quel effet ça fait ?

Alexandre :
Whaou ! Carrément ! Non, je ne suis pas une référence, alors que FM2J si ! 
J’ai la chance d’avoir été édité plusieurs fois et d’être beaucoup sur le terrain.
Ce qui me donne une belle expérience. Cette expérience, FM2J compte sur moi pour la partager et c’est tout ! 
Je suis très heureux de faire partie de cette belle équipe (pour quelques heures) chaque année !

Et puis, à mes débuts, j’ai croisé tellement peu de monde qui m’ait aidé, j’aurais tellement voulu que l’on réponde à mes questions…
Du coup, maintenant, quand je peux le faire, je le fais !

Plateau Marmots :

Vous commencez à avoir créé de nombreux jeux, arrivez-vous à en vivre aujourd’hui ? 

Alexandre :
C’est toujours difficile de répondre à cette question… Alors oui, et non !
Je m’explique :

– Oui, car depuis février 2016, ce sont mes droits d’auteur qui me nourrissent (à noter que mon appartement est payé, que nous sommes 2 et que nous n’avons pas d’enfant).
– Non, parce que cette année, les ventes de deux de mes trois jeux qui marchaient le mieux dégringolent et que le troisième est arrêté !
Et en termes de statut, je suis toujours un chômeur qui touche des droits d’auteur, qui ne cotise pas à la retraite…

Plateau Marmots :

2018 s’est achevée, le festival de Cannes approche à grands pas… pouvez-vous nous dire quel est pour vous le jeu de l’année 2018 ?

Alexandre :

C’est impossible pour moi de répondre à cette question. J’ai dû jouer à moins de 2% des jeux sortis cette année ! 
Entre mes prototypes, ceux des copains et tous les jeux édités, ça fait beaucoup !

Mais par contre, je peux vous dire que j’ai beaucoup aimé ceux-ci : Welcome, The mind, Azul, Affinity, Cerbère… et certainement quelques autres…!

Plateau Marmots :

Et pour finir, si vous aviez 3 vœux vous feriez lesquels ? Vie personnelle et/ou vie professionnelle ?

Alexandre :

Vous me forcez à faire une réponse de Miss France avec une question pareille !

Je n’ai pas besoin de trois vœux, un seul me suffira ! Je vais choisir de faire autant de vœux que je veux ! 🙂

Plateau Marmots :

Un très grand merci à vous Alexandre…

 


Trouver les jeux d’Alexandre Droit pour les marmots ! 

Pollen

“En quête de Pollen et de nectar, Abeilles & Bourdons partent explorer la prairie.”

Push’em up

“Dans “PUSH ‘EM UP!”, vous devrez gérer votre main tour après tour pour poser vos super-héros préférés sur des ensembles de cartes et tenter d’y gagner la majorité en fin de partie !”

Yutakâ

“Explorez l’archipel de Yutakâ et découvrez ses trésors !”

Dawak

“Chantez, mimez, répondez…osez le ridicule pour l’emporter !!!”

Gloobz

“Attrapez-les tous…ou pas! Les Globz sont de curieuses bestioles qui adorent semer la pagaille ! Selon l’annonce du tour, saisissez les figurines forme et couleur les plus ou les moins représentées sur la carte en jeu. Chaque bonne figurine saisie vous fait gagner un point et vous rapproche du but …mais à la moindre erreur, la pénalité vous attend. Sans oublier les cartes spéciales qui ajoutent encore à cette joyeuse confusion, restez concentrés !”

Poc !

“On se retrouve chaque année pour une compétition de saut alors qu’on a pas franchement le physique adapté…”

Dream On

“Les rêves peuvent être intenses, comme s’ils se réalisaient , mais à la fin il est souvent difficile de s’en souvenir. Avec un peu de chance et une bonne communication avec ses amis, un rêve peut être quelque chose qui restera gravé à jamais.”

Chop ! Chop !

“On se retrouve chaque année pour une compétition de saut alors qu’on a pas franchement le physique adapté…”

Aquatika

“Tous vos poissons se déplacent d’une case à la fois, en avant, sur un coté ou en diagonale. Mais à chacun son “pouvoir” supplémentaire : vos pieuvres ont la capacité de recouvrir d’autres poissons, vos requins de dévorer les poissons adverses, et vos poissons volants de sauter allègrement par-dessus les autres !”

Rings up

“Rings Up! vous propose plus de 50 défis originaux pour affronter vos amis. Chacun vous demandera rapidité, observation et agilité pour être le meilleur. Plusieurs modes de jeu vous permettront de profiter du jeu entre amis ou en famille.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.