Pourquoi Rallyman Dirt est le meilleur jeu racing pour jouer avec des enfants

Rallyman Dirt, émanation de Rallyman (sorti en 2010) à la sauce Rallyman GT (sorti en 2020) a lancé hier son financement kickstarter via holy grail games. Voici, en quelques (!) mots, pourquoi c’est un jeu que je vous recommande tout particulièrement.

 Note : cet article est incroyablement subjectif. Je le reconnais volontiers. Parce que la passion est là depuis des années, et que l’annonce du retour de Rallyman (version « rallye) sur Kickstarter fait bondir mon petit cœur de joie. Et qu’il fallait que j’en parle.

Donc voici.

Rallyman… Je l’ai découvert en 2010, je crois. L’année où il était en lice pour le TricTrac d’or. Oui, rien de moins. Et depuis ce jour je n’ai jamais eu de cesse de le faire connaître tant ce jeu a su me marquer, comme il a marqué la quasi-totalité des joueurs qui s’y sont essayés.

Comment imaginer que ce « petit jeu », sorti bien avant la mode des kickstarters aurait un jour la possibilité de tutoyer le cador du genre, formula dé ? Comment imaginer qu’une mécanique, terriblement simple et accessible, pouvait créer des sensations racing aussi uniques, aussi féroces ?

Et pourtant…

“Gauche 6, corde”

Rallyman est donc un jeu de rallye. Sur le papier c’est assez peu excitant. Quand on pense à un jeu de course, on pense à des dépassements, des freinages tardifs et de la prise d’aspi. Le Rallye, c’est plus centré sur les virages au frein à main, et la solitude en piste. Mais c’est faire erreur : le rallye est une discipline totalement grisante, dans laquelle vous êtes toujours en compétition, que vous soyez seul ou nombreux autour de la table. Rallyman peut ainsi se jouer de 1 à 4 joueurs chez soi, et contre des milliers de joueurs sur Internet.

Le principe de la course Rallyman est simple : vous créez un tracé et vous devez le parcourir en mettant le moins de temps possible. Le chrono est votre seul ennemi, même quand vous serez plusieurs en piste. Prise de risques, dérapages et accélérations foudroyantes sont vos seules armes face à l’implacable trotteuse qui évalue votre pilotage.

Le gagnant de la partie est donc celui qui aura fait le meilleur temps. Et d’emblée on comprend la force communautaire de Rallyman : chacun peut faire son chrono chez lui et comparer ensuite son temps avec ses amis dans des petits championnats à distance.

36 15 mylife

Quand je vivais en coloc’ avec un ami, j’avais pris pour habitude de le défier à Rallyman, alors que nous bossions tous les deux en horaires très décalés. Je me levais le matin, je me faisais un café en créant un tracé. Puis je faisais ma partie, en 10 – 15 minutes. Je laissais tout sur la table de jeu (avec mon chrono en référence.

Quand je revenais le soir, une autre spéciale était sur la table. Mon coloc’ avait fait son temps sur mon tracé, créé une nouvelle épreuve, fait son temps, et était parti bosser à son tour. Je rentrais du taf en me disant « okay, challenge accepted ».  

Un pilotage très accessible

Et là vous allez me dire : oui mais gérer un chrono ça doit être compliqué, non ? Bah non. C’est incroyablement simple. Et c’est là toute la force de Rallyman, qui joue d’une incroyable accessibilité pour offrir des possibilités vraiment énormes.

Le principe est le suivant : vous avez 5 dés, 1 par vitesse. Chaque dé vous permet de franchir une case de votre tracé. Vous passez la 1ere, une case. Vous enclenchez la seconde, une autre case. Pour chaque case franchie, vous lancez le dé correspondant à votre vitesse. Chaque dé ne peut être lancé qu’une fois par tour de jeu et doit suivre une progression logique dans le passage des vitesses, genre 2, 3, 4, 5. Tant que le chiffre apparait sur le dé, tout va bien. En revanche, si vous obtenez le symbole warning sur le dé, cela veut dire que vous êtes en danger. Car au 3e symbole, vous effectuez une sortie de piste. Donc quand votre déplacement vous amène à avoir deux symboles warning, à vous de décider si vous stoppez votre mouvement ou si vous le poursuivez malgré tout. Vous n’êtes jamais obligés de lancer plus d’un dé.

À la fin de votre tour, vous prenez une carte qui correspond au dernier dé joué. Si vous avez fini en 1ere, vous marquez 60 secondes. Si vous finissez en 5e, vous marquez 10 secondes. Les secondes sont cumulées pour déterminer un chrono. Pas plus compliqué que cela.

“Droite 1, frein à main”

Évidemment, la piste est sinueuse et vous impose certaines vitesses sur des cases précises. Une épingle, par exemple, se prend au max en 1ere, ou en seconde si vous êtes en dérapage. A vous de vous arranger à l’approche du virage pour finir le tour précédent en seconde, ce qui vous permettra d’enquiller le virage en passant les rapports 1, 2, 3, 4, 5, et finir avec 10 secondes. Car oui, on ne peut évidemment attaquer le tour qu’au rapport où on l’a laissé, avec une tolérance pour la vitesse immédiatement supérieure ou inférieure. Vous ne pouvez passer de la 5e à la 2e instantanément : votre moteur n’y survivrait pas. A vous donc de savoir gérer votre déplacement astucieusement pour être à la bonne vitesse au vu des virages et obstacles annoncés.

Grosse attaque

Mais là vous allez me dire : oui, mais bon. Je lance le dé, j’arrête mon mouvement parce que j’ai peur d’avoir un troisième warning… c’est pas super palpitant, quand même.

Et c’est là que Rallyman devient génial. Purement et simplement génial. Vous pouvez en effet décider de lancer TOUS vos dés en une seule fois, plutôt que un par un. La conséquence, c’est que vous ne pourrez pas arrêter votre mouvement au deuxième warning, ce qui serait le cas normalement. Il vous faudra accepter la sanction des dés, sans aucun moyen de l’éviter.

Mais la contrepartie pour cette prise de risques, c’est que vous gagnez 1 jeton « seconde » par dé lancé.

Ces jetons ont deux effets. Le premier et le plus évident, c’est qu’en fin de tracé vous pourrez retrancher autant de secondes que vous avez de jetons. C’est logique : vous avez pris le risque d’un pilotage dangereux, donc vous avez gagné du temps.

Mais ces jetons peuvent également être utilisés pour « assurer » le résultat d’un dé. Si vous avez obtenu deux warnings et que vous avez d’autres dés à lancer, l’utilisation de ces jetons vous permet de choisir la face du dé et d’éviter ainsi un 3e warning qui vous serait fatal.

Et ce principe-là, mes amis, ce principe-là est totalement génial et fort en sensations.

“Si ça passe, c’est beau”

Pourquoi ? Parce que vous serez constamment titillés par l’envie « d’y aller », d’enfoncer la pédale et de mettre un gros coup de chrono qui mettra la pression sur vos adversaires. Parce que vous sentirez toujours la présence de l’accélérateur sous votre pied, si tentant, alors même qu’il faudrait calmer le jeu.

Parce que sortir de piste au milieu du gazon n’a pas du tout les mêmes conséquences que de se crasher en montagne, parce que crever un pneu sur un rallye sans réparations peut-être totalement dramatique, parce que le tout n’est pas de prouver qu’on peut s’avaler une ligne droite à fond de 5 si on ne peut arriver au bout de la spéciale.

Bref, ce jeu est un appel constant à la prise de risques, à la lecture du tracé, à la gestion de course et à la pression mise sur l’adversaire. La quintessence du sport mécanique.

Et les marmots, alors ?

Bizarrement, ce jeu sans dépassements a toujours eu un incroyable succès auprès des enfants, tant son principe à la fois zen et stressant de stop ou encore, « j’y vais j’y vais pas » est aussi accessible que galvanisant.

Lorsque l’on joue à plusieurs, les voitures partent en décalé, pour éviter de se gêner. Mais les actions du leader, son rythme, ses coups de Trafalgar ou ses échecs cuisants conditionnent le pilotage du reste de la meute. Et n’oubliez pas qu’un rallye est composé de plusieurs spéciales, et que les réparations ne seront pas toujours disponibles !

Quel plaisir de jouer avec ses enfants à ce jeu, à raison d’un rallye complet de temps en temps, étiré sur plusieurs jours… Quel plaisir de voir ses marmots empoigner tous les dés, puis se raviser, brutalement conscients que leur épave ne pourra subir un choc supplémentaire…

Rallyman Dirt est incontestablement le meilleur jeu de sports mécaniques accessible aux enfants, en tout cas celui qui leur offrira de véritables sensations de pilotage et de gestion de course, dès 6 ou 7 ans.

Et pour les grands ?

J’ai pris grand soin de ne survoler que quelques-uns des principes de Rallyman pour en souligner l’accessibilité. Mais que les puristes du racing se rassurent : choix des pneus, pilotage sur asphalte, terre ou neige, réparations, freins, doubles rétrogradages et autres franchissement de gué sont bien évidemment au programme.

Pour cette version 2020, Rallyman Dirt reprend bien évidemment des éléments de Rallyman GT, comme les tuiles hexagonales, les freins, et un nouveau design particulièrement accrocheur. Que du bonheur donc, et je vous invite à regarder cette campagne kickstarter, lancée hier et rapidement financée, de très près.

Le Kickstarter : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.