Vous reprendrez bien un peu de Sorcières…

Il y a quelques semaines, les Editions Stellamaris nous faisaient parvenir deux Jeux de Rôles pour Marmots : une nouveauté, « Abracadabra Schola Magisterium » (dont nous vous parlions ici) et « Sorcières et Sortilèges ».

Sorti en 2019 et accessible aux Marmots dès 6 ans, « Sorcières et Sortilèges » revient actuellement sur le devant de la scène avec un financement participatif qui vient tout juste de débuter. Si les astres sont propices, il permettra l’édition du premier supplément de la gamme : « Les recettes de Germaine ». Mais qui est donc Germaine ? Et quel genre de recettes concocte-t-elle ?

Pierre Saliba, l’auteur du jeu, a accepté de répondre à nos entêtantes questions. Mais juste avant, on vous explique pourquoi chez Plateau Marmots, « Sorcières et Sortilèges » est un Coup de Cœur.

Congrès Sabbatique

Le samedi soir, certains sont plutôt branchés Théâtre (masqué et avec test PCR), d’autres plutôt Discothèque (non masqué mais avec test PCR). Certains raffolent des apéros entre amis, d’autres des soirées télé en pyjama licorne. Les Sorcières, elles, ne manqueraient pour rien au monde leur Sabbat hebdomadaire. D’autant que chaque Sabbat est unique et qu’autour du chaudron fumant, personne ne sait ce qui peut arriver. Un concours improvisé ? Un duel de sortilège ? Un évènement imprévu ? Parfois, elles amènent avec elles leurs apprenti(e)s et une chose est sûre : ils vont vivre des nuits endiablées et pleines d’aventures drôlement terrifiantes.

C’est donc plus du côté des Sacrées Sorcières de Roald Dahl ou des Soeurcières de Terry Pratchett que des petits sorciers d’Harry Potter, que « Sorcières et Sortilèges » va puiser ses influences.

Le livre de base est un plaisir à lire, parsemé de traits d’humour et bouillonnant d’idées. Et s’il peut paraître complexe à prendre en main, le kit d’initiation (disponible gratuitement en PDF) vient en complément comme une parfaite porte d’entrée. Il distille tout un tas de conseils pratiques et vous prend par la main le long d’un scénario de plus de 15 pages.

Une mécanique de jeu presque magique ! 

Mais c’est dans son système de jeu que « Sorcières et Sortilèges » déploie toute son élégance et son originalité. Contrairement à la quasi-totalité des jeux de rôle, on y joue sans dé, et à la place des fiches personnages, chaque Marmot reçoit un chaudron (dépendant du type de sorcier(e) qu’il veut jouer) dans lequel il va placer des ingrédients nécessaires à la préparation de ses sorts. Pas un vrai chaudron bien entendu… Et pas de vrais ingrédients, fort heureusement…

Les ingrédients sont de plusieurs types et symbolisés par des jetons de différentes couleurs. Pendant les phases calmes d’un scénario, les apprentis sorciers ou sorcières vont pouvoir en collecter certains. Pour cela, rien de plus simple : ils doivent juste donner un nom à l’ingrédient en fonction de son type (maléfique, organique…), et expliquer comment ils le récoltent. Il n’y a pas de limite au nombre d’ingrédients récoltés mais il est interdit de répéter deux fois le même ingrédient. Les Marmots vont donc devoir se creuser la tête pour trouver des idées toujours nouvelles, et participer ainsi à la narration.

Lors des phases de confrontation, ils vont devoir placer stratégiquement ces ingrédients dans leur chaudron pour déclencher les sorts les plus adaptés à la situation.

C’est donc un système qui pousse à l’imagination, évite la frustration des jets de dés ratés et s’avère un parfait mélange entre jeu de rôle et jeu de plateau.

Pour les Marmots qui ne savent pas encore lire, il existe même une fiche « chaudron » où des pictos remplacent le nom des sorts.

3 questions à Pierre Saliba, auteur du jeu

Alors que le financement participatif du supplément « Les Recettes de Germaine » vient de débuter sur la plateforme « Game on Tabletop », Pierre Saliba, l’auteur du jeu, a gentiment accepté de répondre à nos questions.

PLATEAU MARMOTS : « Les Recettes de Germaine » est le premier supplément pour « Sorcières et Sortilèges ». Mais que va-t-on trouver dans ce mystérieux livre de recettes ? Et qui est donc Germaine ?

PIERRE SALIBA : Haha, Germaine est en quelque sorte une vieille copine imaginaire !

En fait, lors de la mise en page du livre de base, on avait imaginé cette sorcière qui viendrait parasiter les pages de l’ouvrage avec des conseils débiles et des commentaires acerbes. C’était en quelque sorte un running gag, mais on avait envie d’en faire plus. Germaine représentait trop bien l’archétype de la sorcière comme on l’aimait : acide, lucide et résolument casse pied. Germaine c’est un peu Tatie Danielle ou Carmen Cru à la sauce Jeu de Rôle. On a donc décidé de lui consacrer un ouvrage entier.

Les recettes de Germaine est donc un recueil de scénarios écrits par différents auteurs ainsi que des recettes de cuisine à la portée des enfants (avec l’aide d’un adulte pour les plus jeunes), pour leur permettre de réaliser eux-mêmes les goûters qui accompagneront leurs séances de jeu. S’y ajoutent des aides de jeu dont par exemple une nouvelle classe de personnage.

P.M : Cet ouvrage est un recueil collectif. Mais quel genre de collectif ? Un concile de Sorcières ? Un conclave d’Enchanteurs ?

P.S. : Un doux mélange des deux j’ai envie de dire ! Les membres de l’équipe de création sont des amis que j’ai convié à participer à ce projet. Il y a de tout : des sorcières, des sorciers, des rolistes confirmés, des débutants, des Suisses, des Français.

On voulait vraiment mettre les auteurs en avant et le financement sert à les rémunérer pour ce projet. On a donc 9 scénarios originaux :

  • Le roi Leu (Pierre Saliba) – où les sorcières découvrent et visitent un des derniers lieux enchantés de l’ancien monde qui se cache au cœur d’une ville moderne.
  • Le violon de Jambonlin (@Diane Liberatore) – où les sorcières participent à un étrange concours mêlant musique et sorcellerie.
  • Samaïn (Gabriel Chevrier) – où les sorcières explorent une forêt magique durant la nuit de Samain à la manière d’un livre dont vous êtes le héros.
  • La Tisseuse (Pierre Saliba) – où tous les chats ont disparu de la ville sans laisser de trace.
  • Plongée dans les rêves (Michaël Ghelfi) – où les sorcières viennent en aide à une jeune consœur victime de harcèlement.
  • Le miroir à double fond (Bastien McLane Julita) – où les sorcières résolvent une énigme tout en se cachant de leurs grands-parents.
  • Le collier de Titania (@Guillaume Jentey) – où les habitants du village magique de Thènes ont fâché Titania, la reine des fées, et où les sorcières sont amenées à les aider.
  • Le concours de mocheté (Grégory Thonney) – où les sorcières renversent les valeurs de beauté.
  • La chasse fantastique (Alice Bottarelli et Stephanie Cadoret) – où les sorcières explorent le monde des morts en rejoignant une chasse fantomatique le soir d’Halloween.

P.M. : J’ai vu dans ma boule de cristal 4G que tu étais aussi le traducteur de « Hero Kids », un jeu de rôle qui propose aux Marmots de 4 ans et plus d’explorer des donjons. Qu’est-ce qui te fascine tant dans le Jeu de rôle à destination des enfants ? Et surtout, pour toi, qu’est-ce qu’un bon Jeu de rôle pour Marmots ?

P.S. : La question n’est pas simple pour moi, car j’ai plein de créations qui ne s’adressent pas du tout, mais alors pas du tout aux enfants. Je peux citer Rouge Flamme (édité par DeArchitecturart et en cours de distribution), mais aussi la plupart des créations qui se trouvent sur mon site (www.drnemrod.ch).

Ce qui me motive pour écrire et faire jouer des Jeux de Rôle pour enfants, c’est principalement ma fille à qui j’aime raconter des histoires. Ce n’est pas très original comme réponse et je m’en excuse. Mais je trouve aussi qu’il y a un manque du côté des créations Jeunesse. Pour dire vrai, je trouve qu’on prend un peu trop nos marmots pour des truffes…

Ils sont souvent malins, vifs d’esprits, n’ont pas tous nos blocages sociaux pour dire ce qu’ils pensent et je trouve ça très frais. Ils méritent qu’on fasse des jeux qui mettent leur intelligence à contribution.

Ça répond partiellement à la question « qu’est-ce qu’un bon Jeu de Rôle pour enfants : c’est un jeu qui les tire vers le haut d’une manière ou d’une autre et qui n’hésite pas à être impertinent. Mais ce n’est que mon avis, je conçois tout à fait qu’il puisse exister d’autres critères.

Un énorme merci pour tes réponses. On a vraiment hâte en tout cas d’avoir entre les mains « Les recettes de Germaine » pour savoir quel fumet ensorcelant elles peuvent bien dégager.

Ce soir, c’est Germaine qui régale

« Les Recettes de Germaine » est donc en financement participatif sur Game On Tabletop jusqu’au 5 Janvier 2022, pour une parution prévue au mois de Mai. Pour participer, pas besoin de sortilège, c’est ICI que ça se passe.

Et si vous voulez d’abord voir de quoi il en retourne, n’hésitez pas à télécharger le Kit d’Initiation que les Editions Stellamaris mettent à disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.